Etre heureux dans son mariage n’arrive pas par hasard !

HOME, MON UNIVERS

Chez Ness bethel… On a envie d’y croire !!!

Lettre de Paul Newman à sa femme Joanne Woodward

Être heureux dans son mariage n’arrive pas par hasard. Un bon mariage se construit. Dans l’Art du Mariage, les petites choses sont les choses importantes. C’est n’être jamais trop vieux pour se tenir par la main. C’est se souvenir de dire « Je t’aime » au moins une fois par jour. C’est ne jamais se coucher fâchés. C’est ne jamais considérer l’autre comme acquis, la séduction ne s’arrête pas après la lune de miel ; elle doit se poursuivre à travers les ans. C’est avoir les mêmes valeurs et des objectifs communs. C’est affronter le monde ensemble. C’est former un cercle d’amour qui rassemble la famille entière. C’est faire des choses l’un pour l’autre, non pas par sens du devoir ou du sacrifice, mais avec joie. C’est dire combien on apprécie l’autre et montrer sa reconnaissance par de petites attentions. C’est ne pas voir son mari comme un saint ni donner des ailes d’ange à son épouse. C’est ne pas chercher la perfection chez l’un et l’autre. C’est cultiver la flexibilité, la patience, la compréhension et le sens de l’humour. C’est être capable de pardonner et d’oublier. C’est créer un climat où l’un et l’autre peuvent évoluer. C’est trouver une place à la spiritualité. C’est une recherche commune de bonté et de beauté. C’est établir une relation où l’indépendance est partagée, où la dépendance est mutuelle et l’obligation réciproque. Ce n’est pas seulement épouser le partenaire idéal mais aussi être le partenaire idéal.

#Inspiration Mint Wedding !!!

HOME, MON UNIVERS

La couleur « vert-menthe »… nous fait directement penser à la nature. Elle représente le naturel, la fraicheur, l’équilibre mais elle peut également représenter l’optimisme, la jeunesse, le calme, le bonheur, l’énergie, l’harmonie, la réussite, la permission et la sérénité…

Le Jour de mes fiançailles… Envie de…

ENVIE DE..., HOME

Des fiançailles en toute intimité ou en grande pompe !!!

La tradition veut que ce soit le mère de la fiancée qui reçoit pour un repas familiale

…en petit comité

… ou de manière plus mondaine.

Sont, en général, conviés les parents, grands parents, les frères et soeurs, les oncles et tantes… Rien n’empêche la présence de quelques amis pour clore la soirée. Une invitation de la mère de la fiancée peut-être envoyé à chaque invité un mois à l’avance.

Il sera de rigueur…

… pour LUI, de faire livrer des fleurs blanches au domicile de sa promise. La tradition veut que le fiancé envoie à sa belle, le matin des fiançailles une corbeille remplie de fleurs et de présents (bijoux, soieries…)

…pour ELLE, de lui offrir une montre, des boutons de manchette, une cravate… Lui aussi a le droit à son petit cadeau.

…Pour les invités, d’être simplement élégants, d’offrir des fleurs ou un cadeau accompagnés de voeux de bonheur et de féliciter la fiancée sur sa jolie bague.

Et, pour l’organisation, de ce jour, Ness Bethel Wedding se fera un plaisir de vous accompagner.

Envie… d’une belle bague de fiançailles !!!

ENVIE DE..., HOME

 

La bagues de fiançailles …

trouve ses origines dans la Rome Antique. A cette époque, les fiancés echangeaient un simple anneau en fer, symbole du cercle de la vie et de l’éternité. Il était porté à l’annulaire gauche selon une croyance qui voulait qu’une veine relie ce doigt au coeur.

C’est au XVIème siècle que la bague de fiançailles joue les précieuses. Elle se sertit, tout d’abord, de diamant en signe de fidélité conjugale, puis de pierre de couleur. Elle reste jusqu’à ce jour l’incontournable présent…

Pour choisir votre bague, n’oubliez pas que …

Un carat… est une unité de masse dans le commerce des diamants et des pierres précieuses. le carat a un poids constant de 0,2 grammes comme une certaine graine de Madagascar.

La valeur d’un diamant vient de sa pureté plus que de sa grosseur.

La forme des mains détermine la taille de la bague. Si vous avez des petites mains, une bagues de gros volume sera plus difficile à assumer tous les jours.

Chaque pierre a une symbolique. En voilà quelques unes : La pureté pour le diamant, la fidélité pour l’émeraude, la passion pour le rubis, la force celeste pour le saphir…

Une fois la bague choisie, l’étape ultime est le l’offrir au bon moment ! Pour cela, Ness Bethel Wedding se fera un plaisir de vous aider…

 Inspiration … Extrait « Le Guide de l’organisation du Mariage » M.Roux

 

 

Inspiration Rouge Passion pour la « Saint Valentin »

HOME, MON UNIVERS

 

Dans quelques jours, c’est la « Saint Valentin »… La fête des Amoureux !

 

C’est l’occasion de mettre en avant la couleur Rouge, symbole même de l’Amour.

Le Rouge englobe nombre de sentiments… de la romance à la passion en passant par le courage. Le Rouge est une couleur chaleureuse, rassurante et énergisante. Elle augmente notre appétit, nos envies et nos sens

Ses tons chauds ne laissent pas indifférents et c’est là toute sa force…

L’interview d’Emma Lourès, coach sportif et chorégraphe.

ENVIE DE..., HOME


J’ai rencontré la semaine dernière Emma Lourès, coach sportif et chorégraphe, à qui j’ai posé plusieurs questions au sujet de la première danse…

Nelly de Kouessan : Pourquoi fait-on appel à vous pour les mariages ?

Emma Lourès : Pour le jour J, on a envie d’être le plus beau… Hommes comme femmes! C’est un privilège commun. On veut être en forme, perdre un peu de poids pour rentrer dans sa robe ou son costume … En théorie, on ne se marie qu’une seule fois ! Donc on fait appel à un coach sportif…

Ensuite on fait appel à moi pour la danse… qui est aujourd’hui à la mode, notamment grâce aux Flash mobs, Lip dubs,… De nos jours on danse de manière festive sans trop vouloir professionnaliser la chose ! Les bals et la première danse ont toujours existé, mais, on a maintenant envie de créer une vraie chorégraphie, soit avec un côté humoristique, soit en rapport avec un événement personnel comme la rencontre des mariés…

Mon rôle en tant que chorégraphe et coach sportif (deux casquettes qui sont pour moi indissociables) c’est d’aider les futurs mariés à créer cet événement pour qu’il soit le plus « professionnel » possible, mais que ça paraisse quand même très accessible aux yeux de tous.

N.D.K. : Quel type de danse est la plus sollicitée? Quelles sont les tendances pour la première danse ?

E.L. : Ça varie en fonction de l’état d’esprit des futurs mariés. Si on part sur quelque chose de très classique on va inévitablement vers une valse. C’est alors à moi de leur proposer de la travailler de manière atypique, ou alors si ils sont ouverts à d’autres choses, on leur propose de décaler totalement la première danse  (salsa, slow,…)

N.D.K. : Pensez-vous qu’il y a une influence par rapport aux nouvelles émissions de télé (Danse Avec Les Stars…) au cinéma (Dirty Dancing,…) ou à des artistes (Single Ladies de Beyoncé…) ?

E.L. : Absolument ! Aujourd’hui grâce à Internet et à ces émissions, la danse paraît accessible car c’est ce qu’on nous laisse croire ! Or il faut quand même un minimum de travail, de coaching et d’encadrement pour arriver à un résultat correct ! Mais grâce à ça,  les gens sont aujourd’hui beaucoup plus ouverts, ont plus d’envies et osent plus !

Comme vous l’avez cité, il y a  Single Ladies  de Beyoncé qui est absolument formidable, et je connais beaucoup de futurs mariés qui ont eu envie de reproduire la chorégraphie, ou même la mariée seule… Du coup on en a fait un petit show de 2 minutes à l’ouverture du bal. C’était un peu américanisé, et forcément très ludique !

On est souvent amené à être le plus fun possible, pour faire plaisir aux futurs mariés, et à nous aussi du coup !

N.D.K. : Puisque vous en parlez, combien de temps doit-on s’y prendre à l’avance pour obtenir un résultat « correct » ?

E.L. : Si la demande est explicite et si il y a une véritable envie, il faut inévitablement organiser ça le plus tôt possible.

Pour faire simple, à 15 jours du mariage, il faudrait se voir tous les jours à raison de 5 à 6 heures par jour pour pouvoir arriver à quelque chose de cohérent.

Donc je préconise 2 heures par semaine, 6 mois en amont, pour avoir un résultat plus que correct, voire même extraordinaire !!!

C’est le temps qu’il faut pour que la chorégraphie soit à la hauteur des espérances des mariés, et des invités qui vont regarder ce show phénoménal !

N.D.K. : Les hommes jouent-ils réellement le jeu de la première danse? Sont-ils enthousiastes, sont ils réticents ? Est ce que ça les ennuie ? Comment réagissent-ils ?

E.L. : Alors en règle générale, on est d’accord, il y a toujours une réticence, c’est indéniable !  Sûrement par appréhension, inhibition, gène, ou en pensant que c’est un « truc de filles »… Ca on n’y échappe pas !

 Mais au fur et à mesure des rendez-vous, on se rend compte que c’est le marié qui rentre le plus dans le jeu, mais il faut que ça reste ludique, que ce ne soit pas une contrainte Et il trouve ça plutôt plaisant.

Les hommes préfèrent jouer à la Playstation ou jouer au Foot, mais c’est un échange au cours duquel le mari veut faire plaisir à sa femme…

Et on a souvent des surprises en se rendant compte que l’homme est au final beaucoup plus rythmique et créatif, voire plus délirant que la femme.

Donc ne galvaudons pas l’image de l’homme qui ne s’y intéresse pas !!!

N.D.K. : Quel a été votre plus gros défi ? La demande la plus folle?

E.L. : Le défi le plus extraordinaire de ma carrière est cette demande de futurs mariés, qui voulaient faire un Flash mob à Time Square !

L’endroit improbable où il y a des écrans et luminaires partout, le centre névralgique et artistique de New York !

C’était un hommage au père du marié, ancien chanteur de comédie musicale. On a donc dû organiser ça sans autorisations, c’était un enfer en terme de préparations ! Mais nous  avons fait ce Flash mob à New York avec une centaine d’invités !

N.D.K. : Merci beaucoup Emma, c’était très instructif !

Retrouvez ci-dessous la vidéo I’m My Own Mirror, réalisée par Annabelle Thépot et chorégraphié par Emma Lourès